© Paco Lobato

"J'ai vu le cante vivant. Ferme. Non corrompu. Vierge. Pour des siècles.
J'ai vu Jesús Méndez, sang de la Paquera, ouvrir la bouche pout une agonie qui a été entendue jusque dans les fosses communes des gitans de La Frontera..."

Synopsis


Jesús Méndez est le porte-drapeau par excellence du Cante Flamenco andalou de Jerez de la Frontera.


Dans le film « Flamenco, Flamenco » de Carlos Saura, il a déjà eu l'honneur de figurer dans la séquence de clôture... por Bulerías... avec Luis El Zambo et ses collègues de Jerez.


Les présentateurs des festivals andalous annoncent invariablement Jesús Méndez comme « la preuve vivante que le chant flamenco a un avenir ».


Sa tante, La Paquera de Jerez, était déjà une légende vivante du flamenco. Son neveu est sur le point de la suivre.



© Paco Lobato

Dans ses concerts internationaux, il se produit en compagnie de :


Manuel Valencia (guitare)
Fernando Jiménez (danse et palmas)
Diego Montoya (palmas)

Ce chanteur est né au sein de l'une des familles d’artistes les plus importantes que Jerez ait produites, la famille Méndez, dont la plus célèbre représentante a été La Paquera de Jerez, déjà mentionnée.


Sa carrière débute à l'âge de dix-sept ans, lorsqu’il décida de monter sur scène pour tenter sa chance. Depuis ses débuts en 2002 à l'Association culturelle Don Antonio Chacón de Jerez, le jeune cantaor a travaillé avec des artistes tels que Moraíto Chico, El Güito, Rocío Molina, Alejandro Granados, María del Mar Moreno et Carmen Cortés, entre autres ...

           

Fervent défenseur des chants du quartier de La Plazuela et identifié à la Bulería et Soleá, sa croissance artistique a été déterminante ces dernières années.
Le grand guitariste Gerardo Núñez, son principal soutien d’ailleurs, a été pour beaucoup dans cette ascension.


Avec lui, Jesús Méndez a parcouru le monde entier, de l'Asie à l'Europe en passant par l'Afrique et l'Amérique, c'est-à-dire de New York à Pékin ou d'Anvers à Chicago. Quoi qu'il en soit, la vie professionnelle de l'artiste né à Jerez va aussi de pair avec des noms comme Moraíto Chico, avec qui il a partagé l'affiche sur différentes scènes.